ActiveNews se confruntă cu cenzura pe rețele sociale și pe internet. Intrați direct pe site pentru a ne citi și abonați-vă la buletinul nostru gratuit. Dacă doriți să ne sprijiniți, orice donație este binevenită. Doamne, ajută!


par Anthony Lacoudre pour France Soir

Mercredi 20 janvier, au pied du Capitole à Washington DC, Joe Biden prêtera serment, la main posée sur la Bible. Il sera intronisé comme le nouveau président des États-Unis, ayant battu le président sortant Donald Trump. Il pourra effectivement remercier Dieu car son élection relève tout simplement du miracle. 

Comment a-t-il fait en effet pour obtenir plus de 81 millions de voix lors de l'élection du 3 novembre dernier, c'est-à-dire plus de voix que n'importe quel autre candidat l'ayant précédé dans l'histoire du pays, y compris Barack Obama ? Comment a-t-il fait pour obtenir 15 millions de voix de plus qu'Hillary Clinton en 2016 ?

Et cela après avoir mené une campagne virtuelle depuis le sous-sol de sa maison du Delaware, en évitant soigneusement les contacts avec les journalistes et avec la population ? Comment a-t-il pu survivre aux accusations d'agression sexuelle contre une fonctionnaire du Sénat et aux soupçons d'extorsion en Ukraine et de trafic d'influence, notamment avec des pays comme la Chine ? Comment a-t-il fait, au cours de cette campagne, pour surpasser ses errements, ses diverses gaffes, ses propos maladroits, incohérents, parfois franchement racistes ?

En réalité, son élection ne relève pas d'un miracle, elle relève de la fraude.

La propagande des médias

La première fraude provient de la manipulation des électeurs par les médias. Jamais on n'avait vu une telle collusion entre un candidat, d'une part et les grands médias et médias sociaux, d'autre part. On avait cru atteindre le summum en 2016 lorsque par exemple CNN transmettait à l'avance à Hillary Clinton les questions des débats. C'était en réalité bien peu de choses par rapport à 2020. Jamais les sondages commandités par les grands médias n'auront été truqués à ce point en faveur de Joe Biden. Jamais n'avait-on assisté à un tel degré de propagande anti-Trump et pro-Biden tout au long de la campagne. Tout ce qui était positif à propos de Trump et tout ce qui était négatif à propos de Biden aura été caché au public, alors que tout ce qui était négatif à propos de Trump et tout ce qui était positif à propos de Biden aura fait l'objet d'un matraquage médiatique. Sans parler de la fabrication purement et simplement d'histoires mensongères à n'en plus finir contre le président sortant et son entourage.

Le scandale de la "Biden crime family" étouffé

Le point culminant est intervenu lorsque, le 14 octobre 2020, à deux semaines de l'élection, le New York Post révéla le scandale de la corruption de la famille Biden ("the Biden crime family" comme l'appelle Donald Trump). Facebook et Twitter bloquent alors immédiatement les comptes et les pages du quotidien, pour éviter la propagation. "Une erreur de jugement", admettra par la suite Jack Dorsey, le patron de Twitter, qui n'en pense sans doute pas un mot. 

Les autres médias enterrent l'affaire, s'assurant que le scandale reste confiné. Et pourtant, les preuves sont accablantes. Hunter Biden, le fils de Joe Biden, décrit en détail dans ses emails obtenus par le "New York Post" le modus operandi : 50 % des sommes collectées étaient reversées au "big guy". 

Les sondages réalisés après l'élection dévoileront par la suite que 13 % des électeurs de Joe Biden n'auraient pas voté pour lui s'ils avaient été informés de l'existence du scandale en question. Ce qui représente plus de 10 millions de voix ! Quand on sait que Joe Biden a remporté l'élection in fine grâce à un peu moins de 50.000 voix d'avance dans trois États-clefs... 

Le contournement des lois électorales

La deuxième fraude aura consisté pour la gauche américaine à contourner les lois électorales applicables aux bulletins par correspondance dans les principaux États-clefs, et ce, sous le prétexte de la crise du coronavirus. 

Par exemple en Géorgie, il a été décidé que les bulletins par correspondance, envoyés à toute la population, seraient pris en compte sans vérification appropriée de la signature des électeurs, alors que la loi est on ne peut plus claire à ce sujet : les bulletins par correspondance doivent, sous peine de nullité, faire l'objet de contrôles strictes. En pratique, cette "relaxation" des standards de contrôle a permis à n'importe qui (des morts, des mineurs, des prisonniers, des non-résidents, des étrangers...) d'envoyer des bulletins, sans grand risque de rejet du vote. Du reste, le taux de rejet des bulletins par correspondance est passé de 3,5 % en 2016 (ce qui correspondait à 90.000 votes) à 0,3 % en 2020, et ce, alors même que le nombre de bulletins par correspondance reçus en 2020 a été multiplié par 5 comparé à 2016. Autrement dit, des dizaines de milliers de bulletins par correspondance illégaux ont été comptabilisés cette année en Géorgie. 

Qui plus est, ces bulletins ont pu être déposés par les électeurs dans des boîtes ("drop boxes" financées par Mark Zuckerberg, le patron de Facebook), installées spécifiquement dans certains quartiers populaires des grandes villes de l'État afin d'éviter aux électeurs d'acquitter un timbre. Bien évidemment, la collecte des bulletins déposés dans ces boîtes n'a pas pu être supervisée par les assesseurs républicains...

Une vidéo prise par des caméras de surveillance a fait sensation. Elle montre comment les employés de la ville d'Atlanta ont géré le dépouillement de ces bulletins dans le centre le plus important de la ville (State Farm Arena). A 23h le soir du 3 novembre, la presse et les assesseurs des deux partis, sous le prétexte d'une fuite d'eau empêchant la poursuite du dépouillement, sont priés de rentrer chez eux et de revenir le lendemain matin. Une fois la scène vidée de ses témoins gênants, quatre employés municipaux extirpent des dizaines de milliers de bulletins de quatre valises qui avaient été placées et cachées dans la salle le matin même, pour être scannés, à de multiples reprises, dans les machines. Au total, 24 000 bulletins comptabilisés en toute illégalité, comme attesté en direct sur le site du New York Times (real time tabulations). Joe Biden a finalement emporté l'État avec... 11 779 voix d'avance.

En Pennsylvanie, la loi était claire. Les bulletins par correspondance ne pouvaient être acceptés que si l'électeur apposait sa signature sur l'enveloppe. Mais cette année, le gouverneur démocrate a autorisé les centres de dépouillement à comptabiliser les bulletins sans enveloppe ("naked ballots"), ouvrant ainsi la voie à de la fraude massive. On comprend mieux pourquoi les assesseurs républicains se sont vus barrer l'accès aux centres de dépouillement à Philadelphie, et ce, même en dépit d'injonction obtenues en référé auprès des juges locaux. 

Par ailleurs, la loi prévoyait que les bulletins par correspondance reçus par la poste après 20h le mardi 3 novembre étaient nuls et ne pouvaient être comptabilisés. Qu'à cela ne tienne, les bulletins collectés jusqu'au vendredi 6 novembre ont été pris en compte, y compris ceux reçus sans cachet de la poste sur l'enveloppe ! N'importe qui a donc pu voter en Pennsylvanie dans les jours qui ont suivi le jour de l'élection ... On précisera que 75% des 630 000 bulletins par correspondance "magiques" reçus après le 3 novembre ont été en faveur de Joe Biden. 

Qui plus est, dans certains comtés en Pennsylvanie, plus de voix ont été comptabilisées que d'inscrits sur les listes électorales ayant voté - 205 000 plus précisément d'après un rapport du Sénat de Pennsylvanie du 29 décembre 2020 dénonçant ce phénomène de "over votes", c'est-à-dire de bulletins comptabilisés qui n'ont pas été imprimés par le gouvernement de la Pennsylavnie.

Dans le Wisconsin, la loi prévoyait que seules les personnes bénéficiant du statut de personne confinée indéfiniment (typiquement des personnes grabataires) pouvaient voter par correspondance sans avoir à se déplacer au préalable au bureau de vote pour chercher un bulletin en montrant sa pièce d'identité (un bulletin leur est alors envoyé par la poste chez eux). Mais pour l'occasion, sur ordre du gouverneur (démocrate), le statut a été largement étendu, passant de 70.000 personnes environ aux élections précédentes à 200 000 cette année, en raison du coronavirus. 130 000 votes de plus que les années précédentes ont donc été comptabilisés sans contrôle d'identité à l'échelle de l'État (un peu comme si les bureaux de vote avaient accepté que 200 000 électeurs qui venaient en personne voter ne présentent pas leur pièce d'identité). Précisons que ces 200 000 bulletins furent largement favorables à Joe Biden, lequel a remporté l'État avec 20 682 voix.

Des preuves de fraude accablantes

Les avocats de Donald Trump ont réuni plus de mille témoignages sous serment de personnes attestant d'irrégularités importantes constatées lors des élections du 3 novembre. Chacune de ces personnes risque 5 ans de prison si elle présente un témoignage mensonger. 

Ainsi, des assesseurs racontent comment ils ont été expulsés des centres de dépouillement du Michigan par la police locale, sous les applaudissements des employés municipaux en train de procéder au dépouillement, des conducteurs de camion expliquent qu'ils ont conduit des chargements de centaines de milliers de bulletins fraîchement imprimés de New York jusqu'en Pennsylvanie, des employés municipaux confirment qu'ils scannaient dans les machines des bulletins par correspondance qui n'avaient pas été pliés (c'est-à-dire qui ne sortaient pas d'enveloppes) ou encore confirment qu'on leur demandait de comptabiliser des bulletins par correspondance sans vérifier les signatures, des postiers révèlent que leur hiérarchie leur demandait d'anti-dater des bulletins par correspondance reçus hors délais, des "white hat hackers" témoignent qu'ils ont réussi à se connecter aux machines des bureaux de vote en Géorgie (dans le comté de Fulton à Atlanta), des électeurs racontent que, se rendant aux urnes pour voter, ils se sont entendus dire qu'ils avaient déjà voté et qu'ils pouvaient rentrer chez eux, etc.

Par ailleurs, ces mêmes avocats ont réuni des études et témoignages d'experts en probabilités identifiant les anomalies statistiques du 3 novembre. Par exemple, dans l'histoire du pays, jamais six États n'ont interrompu en même temps leur dépouillement à partir de 23h le soir de l'élection. Jamais des pics d'enregistrement de voix par centaines de milliers en faveur d'un candidat en pleine nuit n'ont été constatés en l'espace de seulement quelques heures. Jamais un candidat républicain n'a perdu l'élection alors qu'il a emporté la Floride et l'Ohio (qui plus avec 5 points de plus qu'en 2016). 

"Les résultats sont aberrants et absurdes" martèlent les mathématiciens. "Les taux de participation supérieurs à 85 % sont impossibles. Les votes en provenance de bureaux de vote à plus de 75 % en faveur d'un candidat sont la marque d'une fraude" expliquent-ils. 

Surtout lorsque ces anomalies arithmétiques ne sont constatées que dans les grandes villes des six États-clefs, où Joe Biden a réalisé des scores époustouflants en comparaison aux scores inférieurs de Biden par rapport à Hillary Clinton observés dans les autres grands centres urbains du pays, à commencer par New York City ou Los Angeles... 

Ainsi, dans le comté de Fulton, à Atlanta en Géorgie, 161 bureaux de vote ont reporté entre 90 % et 100 % de votes en faveur de Joe Biden, totalisant 152 000 voix pour le candidat démocrate. Idem à Philadelphie ou 278 bureaux de vote (16 % des bureaux de la ville), ont reporté 97 % ou plus de voix pour Joe Biden, totalisant 100 200 voix pour Joe Biden contre 2.100 voix pour Donald Trump. Même à New York City, Donald Trump n'a pas été crédité de scores aussi déséquilibrés. 

Toujours en Pennsylvanie, dans l'un des bureaux de vote du comté d'Allegheny, en Pennsylvanie, 93 % des bulletins par correspondance furent en faveur de Joe Biden, ce qui n'est pas possible d'un point de vue statistique, Joe Biden recevant 23 000 voix contre 1300 pour Donald Trump. Dans le comté de Wayne, le plus important du Michigan, 71 bureaux de vote ont reporté plus de votes que d'inscrits sur les listes électorales, le gouverneur (démocrate) passant outre le refus du comté de certifier les résultats... 

Par ailleurs, les parlementaires locaux (républicains) d'Arizona, de Géorgie, du Nevada ou encore en Pennsylvanie, qui eux, ont pu enquêter et auditionner de nombreux témoins au cours des mois de novembre et décembre 2020, ont rédigé des rapports accablants contre leurs propres gouverneurs, attestant l'ampleur de la fraude dans leurs États respectifs.

En parallèle, on rappellera que le Sénat à Washington DC a lui-même organisé le 16 décembre 2020 des auditions de témoins sur le thème des irrégularités de l'élection du 3 novembre, les avocats de Donald Trump ayant alors eu l'occasion de détailler d'innombrables irrégularités, notamment concernant l'Arizona, le Nevada et le Wisconsin. A l'issue des présentations, plusieurs sénateurs durent reconnaître que de sérieux doutes pesaient sur la légitimité de l'élection de Joe Biden.

La justice se dérobe

Mais en dépit de cette montagne de preuves, les juges du pays ont refusé d'écouter les multiples requêtes en annulation des résultats des élections des États concernés. Aucune enquête n'a été diligentée, aucune procédure de "discovery" n'a été intentée (forçant la partie défenderesse de transmettre des informations), aucune saisie de bulletins ou des scans des machines n'a été ordonnée par les juges. Les avocats démocrates bataillèrent furieusement en justice pour qu'aucun audit ne puisse être ordonné, la plupart des requêtes ayant été écartées pour des questions de procédure. 

Et lorsque les juges ont décidé d'entendre les affaires sur le fond, les débats furent bâclés. La cour suprême du Nevada a par exemple rendu son jugement après avoir accepté seulement 15 dépositions (par écrit, aucun témoin en personne), et a jugé sans enquête, sans délibération, après seulement 2 heures de plaidoirie un dossier constitué de 8 000 pages portant sur 130 000 votes contestés. En fait, les rares juges de différents États qui ont accepté d'écouter les affaires sur le fond ont rapidement conclu - par un raisonnement contestable - que le remède demandé (l'annulation de l'élection) était disproportionné, constatant que les électeurs avaient voté en bonne foi et que ce n'était pas de leur faute si les lois électorales étaient irrégulières...

Ce refus du pouvoir judiciaire de s'immiscer dans le contrôle à posteriori des élections culmina lorsque, le 7 décembre 2020, la Cour suprême fut saisie par 18 États et 126 membres de la Chambre des représentants, lui demandant de constater l'illégalité des élections tenues en Arizona, dans le Michigan, en Pennsylvanie et dans le Wisconsin. Quelques jours après, ce fut le coup de grâce. La cour rejetta la requête, considérant que les plaignants n'avaient pas démontré leur intérêt à agir... 

La messe était dite. Les juges ont créé un précédent qui restera dans l'histoire : il est désormais possible au pouvoir exécutif des 50 États des États-Unis d'organiser des élections à portée fédérale en toute violation des lois électorales adoptées par les parlements de chacun de ces États. Et ce, en contradiction directe avec l'article II section 1 de la Constitution américaine, lequel confie aux seules législatures des États le soin de déterminer les règles du déroulement des élections.

Joe Biden sera bien, le 20 janvier 2021, le 46ème président "miraculé" des États-Unis. Il peut compter sur l'appui des médias sociaux, qui veillent au grain. Les posts et vidéos qui évoquent la fraude électorale sont désormais évincés de Facebook et de Youtube, la contestation des résultats étant assimilée à de la sédition. Le compte Twitter de Donald Trump est bloqué, l'interdisant de communiquer avec ses 85 millions de followersLa purge est en cours.


Comme l'écrivit l'homme politique anglais Edmund Burke à la fin du XVIII° siècle,

"la seule chose nécessaire pour que le mal triomphe, c'est que les hommes du bien ne fassent rien". 

En l'occurrence, rien n'a été fait et maintenant, il n'y a plus rien à faire. 

Anthony Lacoudre est avocat à New York.

France Soir

Pentru că suntem cenzurați pe Facebook ne puteți găsi și pe Telegram și GoogleNews